Entre nous…

Étiquettes

,

Bonjour à toutes et à tous, je vous annonce officiellement que je suis de retour ! Bon, je ne vais pas jouer à la fille qui revient un mois et demi plus tard et fait comme si de rien n’était. Non. Point du tout. Car il y a six semaines de cela, mes articles étaient pleins de promesses, promesses que je n’ai absolument pas tenues… Enfin on va plutôt dire que je les ai zappées pendant ce mois d’août à rallonge. Désolé !

Comme je vous l’avait annoncé dans mon dernier article, je suis bel et bien partie en vacances sur une période de dix jours, à Damgan, petite station balnéaire du Morbihan. Là-bas, pas de connexion internet. De quoi déconnecter et s’éloigner des écrans. Les ballades à vélo sont au rendez-vous, on profite du soleil, de la plage, de notre glacier préféré… Mais l’heure du départ approche, et au final on se rend compte qu’on est pas si mal ici. Dommage, il faut partir. J’ai eu du mal à reprendre mon train de vie, ma petite routine. Même si j’étais à la maison, les vacances se sont prolongées en moi. Pas envie de réseaux sociaux, ni d’écrans, ni de prise de tête. Alors oui, tous les articles du mois d’août sont passés à la trappe.. Oups ! Mais même si je ne tiens pas mes paroles, je ne regrette pas de m’être « coupée du monde » pendant un mois. C’est le meilleur moyen pour se retrouver, se focaliser sur l’important, reprendre son souffle dans un monde vivant à un rythme effréné.

J’ai aussi réfléchi à propos de ce blog. J’ai envisagé d’arrêter, car avec mes études, aurais-je vraiment le temps d’écrire ? Vous devinerez quelle décision j’ai prise, puisque je suis là aujourd’hui. En fait, j’aime vraiment écrire, ça me fait du bien. Quand je ne le fais pas, ça me manque. Si mon blog est à la base focalisé sur tout ce qui est mode et tendances, je compte en cette rentrée 2015, le rendre un peu plus personnel. Ecrire, plus. Parler de ma vie, plus. Bien sûr le thème de base de ce blog sera toujours très présent, car vous aurez sûrement deviné que j’aime beaucoup la mode et tout ce qui va avec. J’aimerai vraiment plus de partage, d’changes d’idées. Dans les jours à suivre, je vais donc publier les articles manqués du mois d’août, et puis pour le reste, ce sera au fil de mes envies. Je vous souhaite donc une bonne rentrée, pleine de joie et de réussite ! ♥

karliejoanhouseofstyle

La Parisienne de Province du mois : Joséphine Le Tutour

Étiquettes

, , , , , , , , , , ,

J’entame aujourd’hui une nouvelle rubrique : la Parisienne de Province du mois ! Chaque mois, une personnalité représentant le style Parisien de Province aura un article qui lui sera consacré où son style sera analysé. J’espère que l’idée vous plaira !

Pour cette première, j’ai opté pour le local : Joséphine Le Tutour, bretonne, comme moi. Cette jeune mannequin a grandi dans le Morbihan. Une lycéenne comme les autres semble t-il, qui passait un bac Economique et Social et songeait à devenir professeur des écoles. Oui, mais la vie en a décidé autrement. Du haut de son mètre soixante-dix-huit, sa meilleure amie la pousse à participer au concours Elite Model Look dont elle remporte l’édition française en 2011. Cela lui suffira pour voir sa carrière décoller. Dotée d’une élégance naturelle, elle a foulé en deux ans pas moins de 236 podiums selon models.com (elle est d’ailleurs en tête du classement). Joséphine s’est donc bien éloignée de sa Bretagne natale et habite désormais à New York, lieu de résidence de toute mannequin montante.

Il n’en est pas moins que son style garde un esprit très frenchy : jean, marinière, veste en cuir, trench, sac de créateur… Elle mixe les styles: parfois rock, parfois simple, mais souvent minimaliste et toujours moderne.

(source : jltdiary.tumblr.com)

(source : jltdiary.tumblr.com)

Ses pièces favorites : à en juger par ses photos off duty (c’est à dire pour une mannequin, son streetstyle en période de fashion week) les Stan Smith reviennent souvent. La veste en cuir est également une pièce phare du style de Joséphine Le Tutour qu’elle assorti généralement à un jean. Rien de plus efficace ! En hiver, elle sort les écharpes XXL, très utiles pour tenir chaud durant la rude période de fashion week de février. Dernier basique, le trench qu’elle porte ouvert avec la ceinture nouée à l’arrière, pour une impression de nonchalance tout en élégance.

Écharpes XXL et veste en cuir sont les basiques du style de  Joséphine Le Tutour (source : jltdiary.tumblr.com)

Écharpes XXL et veste en cuir sont les basiques du style de Joséphine Le Tutour (source : jltdiary.tumblr.com)

En quoi ce style est Parisien ? Il semblerait que tous les codes du style Parisien se retrouvent en celui de Joséphine Le Tutour : la simplicité, la modernité, la petite pointe rock, les sacs griffés… On a même le droit au petit pain au chocolat de temps en temps.

En quoi ce style est Provincial ? Pour sa simplicité justement. Si certaines pièces de la garde-robe de Joséphine sont effectivement l’oeuvre d’une maison de couture, elles côtoient d’autres vêtements ayant des provenances diverses. Comme ce trench qui ne semble pas être tout jeune, ou d’autres t-shirts probablement acquis à un prix plus modeste. Et n’oublions pas la marinière qui avant de représenter le style français est un joli clin d’œil aux origines bretonnes de la jeune mannequin.

Joséphine Le Tutour off duty (source : jltdiary.tumblr.com)

Joséphine Le Tutour off duty (source : jltdiary.tumblr.com)

Joséphine Le Tutour est pour résumer une mannequin montante qui a manifestement bon goût vestimentairement parlant et deviens par le biais de cette article, l’ambassadrice de juillet du style de la Parisienne de Province.

Petit aparté : Je pars en vacances pendant dix jours, il n’y aura donc pas d’articles pendant cette période mais je programme mon retour au dix août. En attendant, prenez soin de vous, profitez du soleil et de votre été !

 

Sein alors !

Étiquettes

, , , , , , , , , , ,

Bonjour ! J’espère que vous allez bien malgré cette chaleur, quoique, ce beau soleil ne nous déplais pas… En réalité il a fait un temps pourri chez moi aujourd’hui (Vive la Bretagne !). Nous sommes donc censés être en été, et je ne sais pas vous mesdames mais le soutien-gorge, particulièrement en cette saison, me dérange. Les bretelles disgracieuses, les motifs et dentelles visibles à travers le t-shirt, le manque de confort… Parfois même j’ai le sentiment d’étouffer. Seulement voilà, il n’est pas socialement accepté de se séparer de cette pièce ultra féminine. À peine commence-t-on à grossir de la poitrine qu’on nous refourgue les anciens soutien-gorges de nos sœurs : « Tu devrais commencer à en porter, le téton qui pointe c’est laid » dit-on. « Il faut soutenir un peu tout ça, c’est plus joli ».

J’ai peu de poitrine, et, suite à une récente conversation, je m’interroge beaucoup quant à ce sujet qui peut être un sujet mode, mais surtout un sujet de société. Il y a quelques semaines de cela, j’ai voulu mettre une robe pour une soirée. Blanche, dos-nu, simple mais très jolie (Je vous la présenterai surement dans un prochain article). Je l’ai bien sûr essayée et montrée à ma sœur pour voir ce qu’elle en pensait. Elle aime, super ! Oui MAIS, question fatidique : quel soutien-gorge comptes-tu porter avec ? Je lui réponds simplement que je ne pense rien porter en dessous, ça ne se verra pas et mettra en valeur la robe en évitant le phénomène de la bretelle qui dépasse. Elle paraissait vraisemblablement surprise, et m’affirma qu’elle trouvait cela « choquant ». J’ai beaucoup réfléchi par la suite. Pourquoi doit-on se sentir honteuse de son corps au point de le cacher, alors qu’il n’y a rien à voir ? Pourquoi un tel choc si je ne porte rien sous mon t-shirt alors qu’un homme qui a limite plus de poitrine que moi peut se mettre torse nu ? Le soutien-gorge, j’aime beaucoup le concept, c’est très joli. J’adore la lingerie fine, j’en porterai bien sûr, mais acceptons qu’il y ait des tenues à soutien-gorge et d’autres non. Or celui-ci semble être actuellement une obligation, une norme sociale, qui nous procure un sentiment de culpabilité dès lors que nous nous en séparons. Et si on se réconciliait avec lui en arrêtant de le revendiquer à tout bout de champ ? Arrêtons de se torturer, faisons en un choix.

source : tumblr.com

Caroline de Maigret (source : tumblr.com)

Si s’afficher sans soutien-gorge n’est qu’une question de style pour certaines, il faut dans ce cas-là ne pas avoir peur de sauter le pas. Qui a décrété qu’il était laid de porter ses vêtements à même la peau ? L’enlever confère même à votre tenue ce côté less is more, ce je ne sais quoi dont on raffole. Moins on en fait, plus l’effet est grand. Les décolletés plongeants sont virevoltants, le port de la chemise devient tout de suite plus cool et le t-shirt plus simple que jamais. Les Parisiennes, toujours en avance sur leur temps osent laisser ce sous-vêtement dans leur penderie. Elles sont toujours plus nombreuses à s’afficher sans ce qui définit pour beaucoup la féminité, et restent sublimes malgré tout. Comme quoi, est-il vraiment si important ?

Jane Birkin, Charlotte Gainsbourg et Sophie Marceau, adeptes du braless. (source : tumblr.com)

Jane Birkin, Charlotte Gainsbourg et Sophie Marceau, adeptes du braless. (source : tumblr.com)

Jean-Paul, je t’aime !

Étiquettes

, , , , , , , , , , , ,

Cette dernière collection de Jean-Paul Gaultier eu l’effet d’un raz-de-marée pour moi. Un défilé haute couture inspiré par la Bretagne, sa mer, ses crêpes, ses bigoudènes et ses marins. Autant vous dire que tout cet environnement, je le connait par cœur. Oui, je suis bretonne à cent pour cent. Père breton, mère bretonne, née à Lorient, dans le Morbihan, mon enfance s’est ensuite déroulée à Quimperlé, petite ville du Finistère. Notre région a sa propre culture. Chaque bal populaire local diffuse des mélodies bretonnes qui nous poussent à danser en se tenant les petits doigts. Bizarre, dirait un Parisien ; mignon, dirait un Irlandais. Il est vrai qu’en Bretagne, on se fait parfois surprendre par un petit crachin. Il est faux qu’on s’y promène toujours en marinière et qu’on mange des crêpes à tous les repas. Mais tous ces petits clichés font le charme de notre région, clichés dont s’est inspiré Jean-Paul Gaultier.

Mon sourire n’a pas faibli pendant ces trente minutes de défilé, une véritable occasion de redécouvrir la mode de ma région. Les premiers sons que l’on perçoit sont des cris de mouettes, le bruit d’une mer agitée et d’un bateau arrivant au port. Les caisses claires commencent à raisonner, les cornemuses se gonflent, la lumière devient bleu en rappel de l’océan et du climat Atlantique. Tout est là, on sentirait presque les embruns (précision : j’observe tout cela derrière un écran). La sublime silhouette d’Anna Cleveland apparaît, commence à avancer de manière théâtrale sur le podium, coiffée à la bigoudène, vêtue d’une tenue inspirée du costume traditionnel breton en version Gaultier. Le tablier est rond, en rappel de la crêpe. Les rayures si chères au créateur sont là aussi, et seront omniprésentes tout au long du défilé. Au fur et à mesure, je redécouvre ce que je connais déjà mais façon Haute Couture Parisienne. Les couleurs de base bretonnes sont là. Le rouge, le blanc, le noir, le bleu, le jaune cidre qui vire au doré. On retrouve aussi nos chers sabots. Oui, mais ceux-ci sont fourrés. Les coiffes, elles, sont faites de cheveux.

Rayures, bigoudènes et costumes marins chez Jean-Paul Gaultier. (style.com)

Rayures, bigoudènes et costumes marins chez Jean-Paul Gaultier. (style.com)

Quelques fois la bretonne fume la pipe. D’autres elle chamboule le dress code en mixant style Parisien et Breton. Elle révèle alors son côté burlesque et sexy à travers des robes à paillettes et des jeux de transparence.

La bretonne Gaultier, séduisante et burlesque. (style.com)

La bretonne Gaultier, séduisante et burlesque. (style.com)

Elle assortit ses tenues traditionnelles à des pièces en cuir, conférant un esprit rock à ses habits qu’on pensait si traditionnels. Elle ose même arborer le trench, version Breizh bien sûr.

Trenchs revisités et vestes en cuir par-dessus une tenue traditionnelle. (style.com)

Trenchs revisités et vestes en cuir par dessus une tenue traditionnelle. Rencontre d’un nouveau genre entre la Parisienne et la Bretonne. (style.com)

La Bretonne de Gaultier a du chien. Elle est sûre d’elle, moderne et franche. Elle est blonde, brune, rousse, noire. Viens d’ici et d’ailleurs. On redécouvre les noces bretonnes façon Jean-Paul Gaultier avec une mariée non pas en blanc, ni en tenue traditionnelle, mais en peau de bête. Le bagad Pariz Ti Ar Vretoned la suit. Cette fois-ci, les bombardes donnent le ton. Oui, ça fait du bruit ! Jean-Paul Gaultier accourt vers le devant de la scène en dansant aux côtés d’Anna Cleveland, toujours habillée d’une robe de mariée néo-bretonne. Tout cela semble irréel. Ce folklore breton, à une Fashion Week Haute Couture. Je ne pourrais même pas expliquer ce que cela représente pour moi. Je me souviens avoir observé ces robes traditionnelles l’année dernière à une représentation de danse bretonne en me demandant si un jour un grand couturier les revisiterai. Mais jamais je n’aurai imaginé que Monsieur Gaultier oserai. JPG  relie mode et tradition, rapproche la Parisienne de la Bretonne, rase ces barrières séparant notre Bretagne de Province à Paris.
Si vous cherchiez encore ce qu’était la Parisienne de Province, Jean-Paul Gaultier en a créé une. Une provinciale qui explore à la fois le style Parisien, les tendances et concilie le tout à un style local, le style de sa région. C’est cette mode-là qu’on aime. Celle qui ne se pose pas de questions. Merci pour ça, Jean-Paul Gaultier.

(source : style.com)

(source : style.com)

Six mois d’abonnement à Vogue Paris, bilan

Étiquettes

, , , , , , , , , ,

Petit aparté avant de démarrer l’article, j’ai eu mon bac avec mention bien (et un petit 17 en histoire géo !). Bien sûr, ça se fête ! Cet été, les apéritifs vont s’enchaîner… Bref, ce n’est pas pour parler apéro que je vous retrouve mais plutôt pour évoquer un magazine désormais cher à mon cœur : Vogue (je l’écris avec la voix de Madonna dans la tête). Cela fait en effet six mois que j’y suis abonnée, et d’entrée de jeu, je vous l’affirme : Non, je ne regrette pas mon cadeau de Noël !Vogue (10)Pour tout dire, j’entendais beaucoup parler de Vogue auparavant, mais je n’avais jamais vraiment cherché à le lire. Ce magazine me semblait si iconique, prestigieux que je le pensais inaccessible. Or un beau jour, je me promène à la bibliothèque, et qu’aperçois-je ? Vogue pardi ! Je le prend, curieuse. Lara Stone est en couverture. J’ouvre le Graal, découvre de magnifiques campagnes de publicité qui s’enchaînent les unes après les autres sur une centaine de pages. Prada, Chanel, Dior… C’est magnifique. Je suis littéralement subjuguée par chacune des photos que je vois. C’était un peu magique, ça semblait irréel, c’était beau. Je m’arrête à un éditorial de Karlie Kloss, sublimissime (Affranchie, Vogue Paris Mars 2014, numéro un dans mon cœur). C’est là que je me suis dis qu’il FALLAIT que je m’achète un Vogue, pour pouvoir le lire paisiblement et avoir la fierté d’en avoir un rien qu’à moi (Oui, toute férue de mode acquiescera quand je dirais que Vogue a une dimension biblique). Ainsi il y a un an pile-poil, j’achetais mon premier Vogue avec Natasha Poly en couverture, et un éditorial à couper le souffle.

1st (25)

Natasha Poly, cover girl de Vogue Paris juin/juillet 2014

J’ai ensuite commandé à mon cher Père Noël un abonnement d’un an au magazine. J’ai choisi la formule avec suppléments, qui permet de se faire livrer des petits plus en guise d’accompagnements du magazine. Tous les mois, je suis excitée comme une petite fille en attendant mon numéro de Vogue. Du coup, Noël se reproduis un peu tous les trente jours ! Je suis généralement livrée une petite dizaine de jours avant le début du mois indiqué en couverture. Je n’ai pour l’instant connu aucun problème de livraison. Il est aussi important de préciser que lorsqu’on s’abonne à Vogue pour un an, on reçoit dix numéros. Tout simplement parce que le mois de décembre et de janvier ainsi que celui de juin et de juillet sont regroupés en un seul numéro. J’ai pu assister au changement de formule du magazine qui s’est opéré du mois de janvier à février. On remarque de nouvelles polices d’écritures, une réorganisation des montages, maquettes et bien d’autres détails que mon petit œil affûté de lectrice aurait du mal à cerner. En six mois, je n’ai pas vu une seule erreur, que ce soit au niveau de l’orthographe, des maquettes ou des retouches (choses qui arrivent dans certains magazines).

Niveau contenu, Vogue est assez divers. Les sujets traités sont principalement ceux qui concernent la mode et la beauté, mais aussi l’art. Dans chaque numéro se trouvent de superbes éditoriaux shootés par les plus grands photographes, de Mario Testino en passant par Inez & Vinoodh ou encore David Sims. Les mannequins s’y bousculent : des tops comme Gisele Bündchen, Karlie Kloss ou Lara Stone, récurrentes du magazine, mais aussi de jeunes révélations comme Mica Arganaraz ou encore Lineisy Monteiro.

Vogue collage

Gisele Bündchen et Mica Arganaraz dans Studio Vogue, Vogue Paris février 2015

En outre on y trouve de superbes portraits, comme celui d’Inès de la Fressange, dont le numéro de décembre/janvier lui est carrément consacré, ou celui de Charlotte Casiraghi.Vogue (13)

Chaque numéro regorge de superbes interviews, je retiens notamment celle de Kévin Systrom, co-fondateur de instagram (un génie, soi dit en passant), Alex Lutz ou encore celle de Monsieur Jean-Paul Gaultier. Ces interviews aux questions recherchées, loin des banals « Que représente ce projet pour vous ? » permettent de découvrir non pas seulement ces stars, mais des personnes, avec de véritables états d’âmes. Car il est vrai qu’on oublie trop souvent que derrière l’artiste se cache un être humain. Vogue permet aussi la découverte. J’y ai appris de nombreuses choses, me suis intéressée de plus près au travail de certains créateurs comme J.W Anderson, moderne, génial.Vogue (42)

Vogue possède différentes rubriques telles que Mood, qui permet de connaître les dernières tendances, les nouveautés ; L’œil de vogue, qui retrace les événements importants du monde fermé de la mode ayant eu lieu durant le mois ; ou encore L’émois du mois, mettant en scène un accessoire clé des dernières collections des grand créateurs…

Vogue Paris, ne s’appelle pas « Paris » pour rien. Je trouve vraiment que ce magazine a quelque chose de Parisien. Il ressemble à cette ville et à son idéal de la française (alias la Parisienne). Il y a de la diversité, cette envie de s’intéresser à de nombreux domaines, cette conception de la mode Parisienne simplement.
En ce qui concerne les suppléments, ils ne paraissent pas tous les mois. Il s’agit la plupart du temps d’un petit magazine sur un thème précis. J’ai par exemple pu recevoir Vogue Enfants en mars, en plus de la version classique du magazine. Vogue (18)

Si vous recherchez une revue de mode au contenu de qualité, Vogue est définitivement fait pour vous. Rien de plus haute couture que ce magazine. Je recommande l’abonnement, le prix est très correct pour ce que l’on reçois, j’ai payé 24.95 euros mon abonnement pour dix mois (avec une offre spéciale qu’on retrouve souvent dans le magazine). C’est ici que se termine cet article, car il ne faudrait pas non plus gâcher la surprise des futurs abonnés !

C’mon Vogue, let your body move to the music…

La vie en rose incarnée par Fernanda Ly !

Étiquettes

, , , , , , , , , ,

Bonjour bonjour ! Je vous prie de m’excuser pour ma longue absence, mais il est vrai qu’après le bac, j’ai voulu prendre un peu de temps pour faire le vide… Désolé !

Je reviens aujourd’hui pour vous parler d’une mannequin, Fernanda Ly. Cette fresh face m’a tapé dans l’œil lors de la dernière fashion week, au défilé Louis Vuitton. La jeune femme connaît un début de carrière très prometteur et se retrouve déjà en couverture du Vogue Italien pour son numéro spécial Chine.

Vogueit

Source : vogue.it

Méfiez vous des apparences, la belle est australienne (aux origines Chinoises). Fernanda Ly doit son décollage fulgurant à sa sublime chevelure rosée, peu commune. Et je vous assure que non, elle n’a pas l’air d’une punk ou d’une ado rebelle en perdition, jugez-en par vous même :

Fernanda Ly

Source : mulberry-cookies.tumblr.com

On a du mal à l’imaginer, mais Fernanda Ly nous montre qu’une chevelure rose (ou bleue, violette, verte…) peut être élégante. Oui. Une élégance moderne, pop. De là à voir débarquer une nouvelle tendance ? Et pourquoi pas ! Les magazines commencent déjà à être envahis par des chevelures pop-chic. Observez la couverture de Vogue Espagne de ce mois-ci, avec Caroline Trentini :

Caroline Trentini

Source : fashioncopious.typepad.com

Sur une coupe de cheveux simple, une couleur plutôt pastel, associée à un style assez sage (on évite les tenues trop rock, histoire d’éviter le cliché punk) donnera ce petit plus original. Lorsqu’on arbore une couleur de cheveux aussi tape-à-l’œil avec une tenue minimaliste, on y voit autre chose que ce qu’on a l’habitude de voir. Ce n’est ni punk, ni hippie. C’est complètement différent. La couleur n’est plus un acte de rébellion, la tenue chic associée avec la rend soft. On peut imaginer que la Parisienne s’emparera vite de cette tendance. Pourquoi ? Et bien parce que notre french girl, ce qu’elle veut, c’est ce truc en plus. Ce je ne sais quoi, qui associé à son style très chic, sobre, minimaliste, moderne et j’en passe, fait toute la différence. Et toute Parisienne ou Parisienne de Province qui se respecte adore être différente. Notons aussi qu’une chevelure pastel s’associe bien à une mode gypset qui fait des ravages en ce moment (voir article du 14 mai). Raison de plus pour foncer chez votre coiffeur préféré. 

Cannes 2015 : Bilan personnel et looks favoris

Étiquettes

, , , , , , , , , , ,

Cette année, je me suis beaucoup intéressée au festival de Cannes. D’habitude je me consacrais plus au tapis rouge, au gala de l’Amfar, aux grands événements autour du festival. Mais la compétition en elle-même, jamais. Je ne suis tout simplement pas une grande amatrice de cinéma… Même si j’adore regarder des films, ma culture cinématographique est médiocre. Cette fois ci, j’ai eu une envie de m’intéresser plus à cet art que je ne connaissais pas. C’est vrai, les gens se bousculent pour aller à Cannes. Dans les interviews les concernés parlent d’un événement des plus excitant qu’il puisse exister. Alors pourquoi ne pas s’y intéresser ? Bref je plonge dans la frénésie Cannoise. Les projections s’enchaînent, les Montées des marches aussi. Plus la compétition avance, plus je me sens frustrée de ne pas y être, de n’avoir que de simples avis et résumés de films. Car oui, je comprend enfin ce qu’est vraiment le festival de Cannes, et c’est grandiose. Même derrière un simple écran d’ordinateur on ressent cette folle énergie qui règne sur la Croisette. Je découvre chaque jour un peu plus le cinéma, les acteurs, les réalisateurs.

J’ai eu de nombreux coup de cœurs, dont Rod Paradot jeune acteur qui donne la réplique à Catherine Deneuve dans La tête haute d’Emmanuelle Bercot, présenté en ouverture. Incroyable. Oui, car grâce à sa gueule de cinéma, il passe des ateliers de menuiserie aux plateaux de tournages. Wow. En parlant d’Emmanuelle Bercot, je suis tombée en admiration pour cette femme, prix d’interprétation féminine pour Mon roi de Maïwenn, rien que ça. Bon, je n’ai malheureusement pas vu les films que je vient d’évoquer, mais ça ne saurait tarder ! Côté Red Carpet, comme tous les ans, on en a pris plein les yeux. Après une dizaine de jours de défilés de stars, voici une petite sélection de mes robes préférées lors de la Montée des marches, talons requis (humour cannois) ! :

Ralph and Russo aishwarya rai

J’ai eu un véritable coup de foudre pour ce look, vraiment. L’actrice et égérie L’Oréal Paris Aishwarya Rai est sublimissime en robe graphique Ralph and Russo. (elle.fr)

Natasha Poly Versace

Les égéries L’Oréal ont vraiment bon goût ! Le look de Natasha Poly en Versace est subjuguant. (elle.fr)

Valentino Clotilde Courau

L’élégance à la française incarnée par Clotilde Courau en Valentino. (elle.fr)

Vauthier Marceau

Exit le scandale de la culotte ! Sophie Marceau est sublime en Alexandre Vauthier. Le chic Parisien. (glamourparis.com)

Soo Joo Oscar de la Renta

Soo Joo Park, nouvelle égérie L’Oréal (encore !) magnifique en Oscar de la Renta. (bibamagazine.fr)

Mugler Kroes

Devinez quoi ? Doutzen Kroes est égérie L’Oréal ! Ceci explique t-il cela ? Doutzen séduit la Croisette en Mugler. (glamourparis.com)

Charlize Teron Dior

Charlize Theron illumine cette montée des marches en arborant une robe Dior jaune. Éblouissante. (elle.fr)

Naomi Watts Elie Saab

Jamais d’erreur en Elie ! Et ça, Naomi Watts l’a bien compris. Cette magnifique robe Elie Saab semble tout droit sortie d’un film Disney. Cannes, le compte de fée contemporain ? (elle.fr)

Louis Vuitton Karlie

Parce qu’elle le vaut bien, Karlie Kloss est superbe pour sa deuxième montée des marches en Louis Vuitton. (elle.fr)

Murad Mélanie Laurent

Comment ne pas aimer une robe pareille ? C’est élégant, discret, féminin… Mélanie Laurent est tout simplement belle en Zuhair Murad. (glamourparis.com)

Gucci Sienna Miller

Jury du festival cette année, Sienna Miller a arboré chaque jour des tenues toutes plus belles les unes que les autres. Je retiens surtout sa robe Gucci, choix chic et audacieux. (glamourparis.com)

Elie Saab Andie McDowell

Encore une robe de princesse avec Andie McDowell en Elie Saab. (elle.fr)

Dior Emma Stone

Que serait un Festival de Cannes sans Dior ? Cette année, les créations vues sur le tapis rouge incarnent un chic parisien minimaliste sublime sur Emma Stone. (glamourparis.com)

Et vous, quels looks du Festival avez vous préféré ?

Quels acteurs vous ont marqué ?

 

Trend Alert : la tendance Gypset

Étiquettes

, , , , , , , , , , ,

Elle envahit les placards, les podiums, les boutiques… La tendance Gypset est bien présente cet été ! Mais d’abord, qu’est ce que ça veut dire Gypset ? Comme une formule mathématique évidente, Gypset = gipsy + jet set. La gypsetteuse adore voyager. Véritable globe-trotter, elle est proche de la nature et s’imprègne de différentes cultures à travers son style, tout en y ajoutant des références luxe histoire de montrer qu’elle n’est pas qu’une simple touriste.

Chloé, Isabel Marant et Valentino Printemps-Eté 2015, collections pionnières de la tendance gypset (style.com)

Chloé, Isabel Marant et Valentino Printemps-Été 2015, collections pionnières de la tendance gypset (style.com)

La tendance a explosé après le festival de musique Coachella. C’est là que le style gypset était à son maximum : robes en dentelle, matières légères et fluides, chevelures au vent, couleurs nude et tons rappelant la nature à chaque coin d’herbe. Le paradis de toute gypsetteuse !

Coachella

Alexa Chung, Kate Bosworth et Rosie Huntington-Whiteley au festival de Coachella (vogue.fr)

Pour être vraiment dans la tendance, misez sur une tenue bohème assortie à des accessoires minimalistes et modernes : le doré fonctionne très bien ! Ressortez vos jupes longues, vos vêtements d’ailleurs. Portez vos lunettes de soleil rondes pour le coté gipsy, mais à effet miroir pour le coté jet set. Les sandales gladiators, qui montent jusqu’au genoux, s’allient bien au style gypset et sont indispensables cet été ! Niveau sac, la matière de prédilection est le veau velours : un cuir de veau travaillé de manière à créer une douceur velouté. Pour les anti-cuir, il existe de belles imitations en tissu. Privilégiez là encore les détails minimalistes !

Details

Sac en veau velours Chloé, solaires Dior et sandales Valentino (style.com)

Le faux pas de cette tendance serait d’entrer dans le cliché hippie avec un total look jupe longue/lunettes rondes/couronne de fleurs/chaussures compensées. On dit oui à chacun de ces éléments porté séparément, mais évitez l’accumulation de références aux sixties peace and love qui ferait vite déguisement.

Alors, prêtes à adopter la tendance gypset ?

Distribution d’ailes !

Étiquettes

, , , , ,

Ce n’est plus un secret : j’adore les mannequins, c’est un de mes aspects préférés du monde de la mode. Alors bien sur mardi quand j’ai su que Victoria’s Secret avait nommé dix nouveaux anges, j’étais ravie.

Sara Sampaio est mon gros coup de cœur du casting, lors de ses débuts chez VS en 2013 j’ai vraiment pensé que cette fille avait ce truc en plus qui pouvait faire la différence. Cette portugaise de 23 a du caractère et n’a pas peur de s’affirmer ! En témoignent ses postes sur instagram pour répondre aux mauvaises langues. Ah, et Jac ! Une de mes mannequins préférées ! Sa carrière haute couture est juste impressionnante. Malgré son jeune âge, cette petite polonaise a déjà une expérience incroyable dans le mannequinat. Elle joue avec les caméras comme personne, ce que Victoria’s secret a su tirer à son avantage. J’ai hâte de voir ce qu’elle nous réserve ! N’oublions pas Lais Ribeiro et Elsa Hosk, qui décrochent enfin leurs ailes après une grande collaboration avec la marque depuis 2011 !

Sara Sampaio, Jac Jagaciak, Lais Ribeiro et Elsa Hosk

Sara Sampaio, Jac Jagaciak, Lais Ribeiro et Elsa Hosk

Jasmine Tookes, Martha Hunt et Stella Maxwell se sont affirmées depuis un an comme les petites protégées de la marque de lingerie. Rien d’étonnant de les voir dans cette liste, belle récompense pour elles !

Jasmine Tookes, Martha Hunt et Stella Maxwell

Jasmine Tookes, Martha Hunt et Stella Maxwell

Enfin Kate Grigorieva, Taylor Hill et Romee Strijd sont les mannequins les plus en vue du moment. Très présentes dans les magazines et sur les podiums, elles sont apparues pour la première fois dans le Victoria’s Secret Fashion Show cette année. VS a définitivement l’œil pour les repérer !

Kate Grigorieva, Taylor Hill et Romee Strijd

Kate Grigorieva, Taylor Hill et Romee Strijd

Bref ces petites nouvelles me plaisent bien, j’ai vraiment hâte de voir comment elles vont évoluer ! Et vous, qu’en pensez vous ? Qui est votre favorite ?

(source photos : Victoria’s Secret)

Comment réussir son changement de style ?

Étiquettes

, , , , , , , , , ,

Avant, je m’habillait très girly, très rose. Et puis j’ai réalisé que ça ne me correspondait plus, alors je suis passée au noir. Plutôt radical comme choix. Mais mon changement de style n’a pas été tellement réussi. Trop rapide, peu réfléchi… Pour vous éviter de reproduire mes erreurs, je vous ai concocté un petit programme pour réussir votre changement de style.

– Réfléchissez ! La première étape est de bien réfléchir pour avoir les idées claires et être sure de ne pas regretter. Vous allez vous créer votre propre style qui sera le reflet de votre personnalité. Si votre apparence vous importe beaucoup, c’est un enjeu primordial. Alors interrogez vous : Quel style désirez vous ? Pourquoi le désirez vous ? Vous correspond t-il vraiment ? Ce changement est-il nécessaire ? Vos réponses vous guideront.

– Trouvez vous un modèle ! Une étape que j’ai omis, à mon grand regret… Car avoir un modèle stylistique peut énormément aider dans la recherche d’un nouveau style. Déjà, cela vous permettra de voir ce que le style que vous voulez dégage, ce qu’il va montrer de vous. Ensuite, en prenant modèle sur quelqu’un, vous éviterez les fautes de goût (oubliez mon article précédent pour cette fois !). Une icone peut servir comme inspiration au niveau des tenues ou du maquillage. Elle permet de trouver sa voie dans sa conquête stylistique.

– Ecoutez les conseils des autres. N’hésitez pas à compter sur les conseils de vos proches qui pourront vous guider dans votre changement. Vous n’avez pas forcément les mêmes goûts qu’eux, donc faites vos propre choix, mais sachez vous entourer. Leurs conseils sont précieux et on en a toujours besoin en période de transition.

– N’oubliez pas les basiques ! À chaque style ses basiques ! On les oublie souvent en voulant entrer trop vite dans le vif du sujet et en achetant ces vêtements sophistiqués dont un petit détail nous fait craquer. Pourtant les basiques sont la base de votre style. Il faut donc vous reposer sur des bases solides qui vous permettront de vous créer un look d’enfer !

– Molo molo… Dans la hâte du changement on fait le tri dans nos vêtements pour qu’au final il ne reste… PLUS RIEN ! Pour éviter la situation gênante du « j’ai rien à me mettre » (et là c’est pour de vrai), n’ayez pas la main lourde lors de votre premier tri d’armoire : Une garde-robe ne se reconstitue pas en deux jours ! Et puis si vous avez les moyens de reconstituer votre garde-robe en 2 jours, évitez le ! Il vaut mieux y aller progressivement pour que vous et votre entourage vous adaptiez à votre nouveau style.

– Par ici les bonnes affaires ! Famille, amis, vides dressings, sites internet… Misez sur ces bons plans pour peaufiner votre changement de style. N’hésitez pas à récupérer avec vos proches quelques vêtements. Vous êtes contents d’avoir de nouvelles affaires, ils seront heureux de ne plus en être encombrés ! Les vides dressings peuvent également permettre de belles affaires : on y trouve des merveilles à petits prix ! De nombreux sites internet vendent aussi des vêtements à faible prix comme Asos,  ebay,  boohoo.com, Zalando, ainsi que les sites H&M, Mango ou encore Pull & Bear qui proposent parfois des offres intéressantes.

source : style.com (Moschino, Alexander Wang, Chloé)

source : style.com (Moschino, Alexander Wang, Chloé)

En espérant que cet article vous aide !

Parisienne de Province.