Étiquettes

, , , , , , , , , , ,

Bonjour ! J’espère que vous allez bien malgré cette chaleur, quoique, ce beau soleil ne nous déplais pas… En réalité il a fait un temps pourri chez moi aujourd’hui (Vive la Bretagne !). Nous sommes donc censés être en été, et je ne sais pas vous mesdames mais le soutien-gorge, particulièrement en cette saison, me dérange. Les bretelles disgracieuses, les motifs et dentelles visibles à travers le t-shirt, le manque de confort… Parfois même j’ai le sentiment d’étouffer. Seulement voilà, il n’est pas socialement accepté de se séparer de cette pièce ultra féminine. À peine commence-t-on à grossir de la poitrine qu’on nous refourgue les anciens soutien-gorges de nos sœurs : « Tu devrais commencer à en porter, le téton qui pointe c’est laid » dit-on. « Il faut soutenir un peu tout ça, c’est plus joli ».

J’ai peu de poitrine, et, suite à une récente conversation, je m’interroge beaucoup quant à ce sujet qui peut être un sujet mode, mais surtout un sujet de société. Il y a quelques semaines de cela, j’ai voulu mettre une robe pour une soirée. Blanche, dos-nu, simple mais très jolie (Je vous la présenterai surement dans un prochain article). Je l’ai bien sûr essayée et montrée à ma sœur pour voir ce qu’elle en pensait. Elle aime, super ! Oui MAIS, question fatidique : quel soutien-gorge comptes-tu porter avec ? Je lui réponds simplement que je ne pense rien porter en dessous, ça ne se verra pas et mettra en valeur la robe en évitant le phénomène de la bretelle qui dépasse. Elle paraissait vraisemblablement surprise, et m’affirma qu’elle trouvait cela « choquant ». J’ai beaucoup réfléchi par la suite. Pourquoi doit-on se sentir honteuse de son corps au point de le cacher, alors qu’il n’y a rien à voir ? Pourquoi un tel choc si je ne porte rien sous mon t-shirt alors qu’un homme qui a limite plus de poitrine que moi peut se mettre torse nu ? Le soutien-gorge, j’aime beaucoup le concept, c’est très joli. J’adore la lingerie fine, j’en porterai bien sûr, mais acceptons qu’il y ait des tenues à soutien-gorge et d’autres non. Or celui-ci semble être actuellement une obligation, une norme sociale, qui nous procure un sentiment de culpabilité dès lors que nous nous en séparons. Et si on se réconciliait avec lui en arrêtant de le revendiquer à tout bout de champ ? Arrêtons de se torturer, faisons en un choix.

source : tumblr.com

Caroline de Maigret (source : tumblr.com)

Si s’afficher sans soutien-gorge n’est qu’une question de style pour certaines, il faut dans ce cas-là ne pas avoir peur de sauter le pas. Qui a décrété qu’il était laid de porter ses vêtements à même la peau ? L’enlever confère même à votre tenue ce côté less is more, ce je ne sais quoi dont on raffole. Moins on en fait, plus l’effet est grand. Les décolletés plongeants sont virevoltants, le port de la chemise devient tout de suite plus cool et le t-shirt plus simple que jamais. Les Parisiennes, toujours en avance sur leur temps osent laisser ce sous-vêtement dans leur penderie. Elles sont toujours plus nombreuses à s’afficher sans ce qui définit pour beaucoup la féminité, et restent sublimes malgré tout. Comme quoi, est-il vraiment si important ?

Jane Birkin, Charlotte Gainsbourg et Sophie Marceau, adeptes du braless. (source : tumblr.com)

Jane Birkin, Charlotte Gainsbourg et Sophie Marceau, adeptes du braless. (source : tumblr.com)

Publicités